SHARE

Des membres du club de football amateur de la Trinité, petite ville des Alpes-Maritimes, accusent la Mairie de racisme. Selon France Bleu Azur, des élus auraient demandé au club de dénombrer les femmes voilées dans le public et d’instaurer des quotas de joueurs en fonction de leur ville d’origine. Une pétition a été lancée sur internet.

Philippe Caristo démissionne de son poste de président du club de foot de la Trinité. C’est ce qu’il a déclaré sur sa page Facebook le 9 mars dernier. « Je tiens à préciser que j’ai démissionné de manière contrainte et forcée ».

En cause, de nombreux problèmes d’équipements, de subvention, mais également de racisme. Au micro de France Bleu Azur, le Cagnois Philippe Caristo accuse la mairie de la Trinité d’injonction à caractère raciste et discriminatoire.

« Le chef de la Police Municipale m’a demandé de comptabiliser les femmes voilées qui viennent au stade, (…) L’adjointe aux Sports, de surveiller les vestiaires pour s’assurer que les joueurs n’y prient pas (…) ainsi que de respecter des quotas pour intégrer dans le club une majorité de Trinitaires et donc réduire le nombre de jeunes venus de l’Ariane ». À cela s’ajoute le licenciement, en décembre dernier, de Mohamed Ben Haddou, entraîneur et gardien du stade trinitaire.

Le maire de la Trinité, Jean-Paul Dalmasso, assure n’avoir jamais été informé de ces faits de racisme présumé. « Et si ces faits s’étaient déroulés, ils n’étaient pas de mon initiative » a-t-il déclaré, hors micro, aux journalistes de France Bleu Azur. Jean-Paul Dalmasso et deux de ses adjoints ont décidé de porter plainte pour diffamation.

Une pétition en ligne

« Non à l’assassinat du club de football de la Trinité sur fond de racisme », c’est le titre de la pétition mise en ligne sur le site mesopinions.com.

Cette pétition adressée à la ministre des sports, Laura Flessel et au maire de La Trinité Jean-Paul Dalmasso, dénonce le licenciement de Mohamed Ben Haddou de son poste de gardien du stade de la ville en décembre dernier.

Elle accuse la mairie de cacher derrière ce licenciement un acte raciste. Les auteurs de la pétition appellent aussi à se mobiliser « pour que Mohamed et sa famille ne soient pas expulsés de leur logement, après avoir déjà perdu son travail ».

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here