Accueil Aux 4 coins du monde Rose : la femme qui combat les hommes

Rose : la femme qui combat les hommes

260
0
SHARE

Ce samedi 6 janvier, un combat de Boxe Thaï un peu particulier avait lieu. Il opposait le champion de France de la catégorie des 52 kg à Nong Rose, une championne transgenre. Portrait de celle qui fait vibrer le ring chez les hommes.

1m60 pour 54 kilos, des cheveux longs, une brassière, la Thaïlandaise entre dans l’enceinte prête à en découdre avec son adversaire. Âgée de 21 ans, Nong Rose, de son nom d’origine Somros Polchareon est née dans un corps de garçon. Elle a vite compris que son cerveau était celui d’une petite fille. Elle souffrait de la dysphorie de genre.

Quatorze ans après sa naissance, elle décide de prendre des hormones afin d’entamer sa transformation. Celle qui a commencé la boxe à 8 ans, décide de s’assumer. Somros commence par s’habiller de manière féminine. Pourtant, en Thaïlande, le changement de sexe n’est pas reconnu juridiquement. Elle fait donc partie de ces « LadyBoy », une catégorie de troisième genre. Comme le rapporte Vice, cette conception procure aux transgenres plus de souplesse et de fluidité même si sur les papiers, ils sont contraints de garder leur genre d’origine.

52 victoires pour seulement 8 défaites, la jeune femme n’est pas prête de s’arrêter et préfère combattre contre des hommes. Pour Guillaume Kerner, organisateur du Kerner Thaï : « Elle est avant tout un des meilleurs boxeurs de sa catégorie actuellement. Elle a été championne du Radjadomnen [la plus grande arène de Bangkok avec le Lumpini Stadium] à plusieurs reprises. »

Somros a pour l’instant mis sa transformation en stand-by, elle souhaite se consacrer entièrement à son sport favori. « Aujourd’hui je ne prends plus d’hormones car cela influe sur ma condition et ma boxe, j’ai moins d’énergie. Mais dès que j’arrête la boxe, je fais toutes les opérations pour finir ma transformation » a-t-elle confié à Libération.

 

 

 

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here