Accueil Ruelle des indiscrets Renié pour un choix religieux

Renié pour un choix religieux

355
0
SHARE
Antoine, renié par ses parents à cause de sa conversion I pixabay

Antoine, 24 ans, s’est converti à l’Islam depuis cinq ans. Boulanger depuis l’âge de ses 17 ans, fils unique et issu d’un milieu modeste, sa vie sera bouleversée après avoir eu de simples échanges sur les religions avec ses amis.

« Mes amis et moi sommes un vrai “melting pot’’. Nos discussions ont éveillé en moi une curiosité que j’avais besoin d’assouvir. À mon sens, s’il existe qu’un seul Dieu, il n’existe qu’une seule religion. »

Plutôt discret, le regard attendrit, souriant, barbe bien rasée, Antoine a toujours vécu dans le centre-ville de Nice, dans un de ces quartiers « populaires ». Il a côtoyé la diversité et les minorités dès son plus jeune âge. 

Ses parents, catholiques pratiquants, lui ont toujours consacré une éducation religieuse. Cours de catéchisme, les dimanches à l’église… Une vie qui satisfaisait Antoine, enfin presque… 

À 19 ans, la foi d’Antoine prend beaucoup de place dans son quotidien. Au point, que lorsqu’il se rassemble avec ses amis, ils ne « parlent que de ça ». Un sujet de conversation qui suscite en lui quelques interrogations. « Dans le christianisme, certains points me semblaient illogiques, sans aucun sens et parfois contradictoires » explique-t-il. 

Antoine décide alors d’arrêter son travail, en maçonnerie, et de se lancer à la recherche des réponses à ses interrogations. Sa quête dure six mois, durant lesquels il se coupe de tout. Amis, parents, travail, il laisse tout de côté pour se vouer totalement à l’étude des religions.

Rabbins, imams, prêtres, théologiens… Il questionne tous les responsables des trois grands cultes.

Après quelques mois de quêtes spirituelles, il finit par avoir sa « révélation », Antoine se converti à l’Islam. Une décision qui changera le cours de sa vie. « Cela m’a apporté paix et sérénité. J’ai découvert plus qu’une religion, un vrai enseignement » se rappelle-t-il. 

Mais si Antoine a réussi à combler ses doutes, il ne pensait pas que son choix l’éloignerait de ses parents. « Au début pour eux, il ne s’agissait que d’une période d’incertitude passagère.» Plus les mois passent et plus la situation s’aggrave. 

Ils essaient de le dissuader, mais le jeune homme déterminé ne compte pas revenir sur sa décision. Impuissants face au choix de leur fils, ils s’éloignent de lui jusqu’à l’ignorer. 

Le regard baissé, il se gratte la tête et sa gorge se noue lorsqu’il évoque le sujet : « Quand je rentrais, je n’avais même plus le droit à un bonjour » se remémore-t-il avec amertume. 

L’impression de vivre comme un étranger et cherchant à éviter les conflits, Antoine évite de passer du temps chez lui. Il reste donc plus souvent en compagnie de ses amis, devenu « sa nouvelle famille » comme il les appelle. Dans l’espoir d’ouvrir un nouveau chapitre, il déménage à Lyon. 

Sourire aux lèvres, le regard marqué par la tristesse, Antoine ne cache pas ses émotions.

 « Mes parents restent mes parents et je reste leur fils. J’espère qu’ils comprendront un jour que je suis heureux, parce que je ne reviendrai pour rien au monde sur mon choix. »

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here